Interview de Jean-Luc Besnard

Par le Pays Thibérien

Spécialisée en fabrication de ressorts et formes métalliques, l’entreprise RAPIC, basée à Nantheuil, a été reprise en 2005. Rencontre avec Jean-Luc Besnard, son responsable.

Copie de l’interview réalisée par « Le pays Thibérien » sur le site Internet de la communauté de communes autour de Thiviers.

Cet interview titrait : « Rencontre avec Jean-Luc Besnard, responsable de l’entreprise RAPIC, spécialisée en fabrication de ressorts et formes métalliques ».

— [AB|Alexandre Bouvier|] : Comment êtes-vous arrivé à la tête d’une entreprise industrielle proche de Thiviers (l’entreprise RAPIC est installée à Nantheuil, le long de la RN 21 direction Limoges [1]) ?
— [JLB|Jean–Luc Besnard|] : En 2005,à la recherche d’une entreprise à reprendre, j’ai contacté le CRA, association d’aide à la cession reprise. Originaire d’Aquitaine, j’ai ciblé ma région au sens large, et j’ai visité différentes entreprises dans la fabrication et dans le service, jusqu’à la société Rapic, qui était alors l’une des rares à présenter un bilan positif, avec un système qualité en place, de faibles actifs mais un réel savoir-faire.
— AB : Quels sont aujourd’hui les savoir-faire et avantages concurrentiels de votre entreprise ?
— JLB : Mes avantages sont les mêmes que la plupart des PME françaises : réactivité, proximité et service +. Nos savoir-faire : un personnel doté d’une très bonne expérience du métier et des jeunes motivés.
— AB : Quelles sont vos perspectives de développement à moyen terme ?
— JLB : Avant de se développer, il faut adapter sa structure. Nous devrions intégrer, si tout se passe bien, des locaux modernes et plus spacieux en 2014. Dans le même temps, nous tentons de rénover notre outil industriel aussi vite que possible pour rester ou plutôt « redevenir » compétitifs face aux concurrents de demain. Enfin, nous cherchons à développer des pre- et post- activités, complémentaires à notre cœur de métier.
— AB : Quel conseil donneriez-vous à un créateur ou repreneur d’une entreprise industrielle ?
— JLB :

  • Ne pas se lancer sans avoir un minimum de notions de gestion / comptabilité et de connaissances des démarches administratives.
  • Bien s’entourer en interne et s’appuyer sur son expert comptable.
  • Se remettre en question tous les jours.
  • Toujours se rappeler que malgré les aléas, le personnel est la ressource la plus précieuse d’une entreprise.
  • Prendre soin de sa santé et avoir une foi inébranlable en l’avenir (surtout en ces temps difficiles).
  • Avoir conscience qu’une fois la démarche lancée, il est extrêmement difficile de faire marche arrière sans conséquences.

[1] NDLR : Depuis, les locaux ont été déplacés dans la Zone Artisanale de Labaurie, à Eyzerac, le long de la RN21

Voir en ligne : Le pays Thibérien